Saint-Pourçain

Le vin de Saint-Pourçain est fort ancien. Sa culture date – au moins- du temps de l’occupation romaine. Comme beaucoup d’autres, il a connu des hauts et des bas : la renommée d’un vin a souvent suivi les aléas de la politique. La domination des Bourbon sur son aire de plantation apporta la gloire au Saint-Pourçain, qui s’exportait aisément grâce à l’Allier, affluent de la Loire, et il fut servi au sacre de Philippe de Valois à Reims en 1328. Mais la disgrâce des Bourbon après 1523, et les guerres de Religion, le firent oublier, avant un retour en grâce avec Henri IV, grand amateur des vins de France et de Navarre. Le XIX° vit trois coups durs : un recul de la vigne au profit de la culture (le blé est devenu plus rentable à cultiver), l’arrêt de la navigation sur l’Allier (les lignes de chemin de fer se généralise), et surtout l’épidémie de phylloxera qui déçima les vignobles français. Saint-Pourçain s’en remit mal : les surfaces n’ont jamais retrouvé leur ampleur d’antan et il fallut attendre plus d’un siècle pour que de nouveaux l’on s’interresse aux vignobles Saint-Pourçinois. L’appellation contrôlée a ainsi été promulgué le 28 Mai 2009.
Une vingtaine de vignerons indépendants et une cave coopérative excerce leur métier sur Saint-Pourçain
7 sont représentés à la cave aux mille Plaisirs

8 références de Rouge

4 références de Blanc sec

1 référence de Blanc moelleux

1 référence de Rosé